giselevilleneuve.ca
Lévesque éditeur, Montréal

Et tu seras happé par l'horizon

(Fragments biographiques d'Homo sapiens)

Oh! Homo sapiens! Cher toi! En conflit, désorganisé, diversifié, rêveur et querelleur, génial et absurde, stupide et créatif! Homo sapiens, encombré de tes bagages et de tes lubies, enveloppé de honte et de culpabilité, pétant de bonnes idées qui triomphent ou qui tournent mal, toi, réceptacle de récits embellis d’hyperboles sur ton compte, à faire le tri de tes débordements et tes désirs, à passer en revue le palmarès de tes plus grands succès, ignominies et absurdités incluses, à caresser tes petites manies et tes dangereux exploits, te voilà en fin de journée, épuisé, poussiéreux et affamé. 

Tu t’écrases sur tes moments tranquilles, desquels émerge ta terreur ouatée de l’ennui et de l’isolement, et, inévitablement, tu te mets à caresser la terreur plus drue de ta mort, que tu repousses sans cesse vers l’horizon.

Les fragments biographiques invitent écrivains, artistes et scientifiques, et lecteurs, ainsi qu’une mystérieuse troupe d’enfants à suivre les méandres d’Homo sapiens, qui n’en finit pas d’étaler ses accessoires, de hurler à la Lune, sur laquelle il a marché et marchera encore, de courir et de s’essouffler vers son horizon illusion. 

Et tu seras happé par l'horizon

Critiques et commentaires

Du journal Le Franco, l'article signé Chloé Liberge
Gisèle Villeneuve au coeur de l'humanité
"Gisèle Villeneuve est une écrivaine montréalaise qui a trouvé à Calgary son «véritable lieu d'écriture». Et tu seras happé par l'horizon est un ouvrage qui invite les lecteurs à se questionner sur leur humanité." Pour lire la suite.

    Et tu seras happé par l'horizon

    Critiques et commentaires

    D'un chapitre à l'autre, je ne pouvais interrompre ma curiosité et mon plaisir de lecture. Le livre est brillant, percutant, pertinent et intelligent. J'ai reçu l'essai comme une profonde réflexion, à la fois personnelle et critique, sur notre lamentable « civilisation ». Il y a bien eu des progrès, mais ces derniers ne sont pas toujours évidents quand on pense à la manière qu'ont les « Homo sapiens » de se gérer et de gouverner (et finalement de tant détruire autour d'eux). C'est un livre qu'on devrait faire lire à tout le monde, et particulièrement aux jeunes étudiants. Question d'identification, j'ai beaucoup aimé les chapitres « Écrivain-en-dissidence » et « L'artiste et le syndrome des cœurs brisés », et tant de commentaires judicieux et prenants sur les Afghanes, entre autres, le mariage, la sagesse, l'espace, la « shoppingmania », etc. L'écriture est souple, elle vole à certains endroits et la lecture des différents fragments s'avère extrêmement stimulante. D'ailleurs, le bi-languisme ajoute à la saveur des commentaires critiques et à l'observation de notre réalité canadienne. De plus, l'insertion de questions un peu partout renforce le propos. C'est un appel direct aux lecteurs et, selon moi, ça marche. J'ai aussi adoré la touche humoristique de la couverture.

    — Claudine Potvin, auteure et professeure émérite de l’Université de l’Alberta